La CAAR est la doyenne des compagnies d’assurances en Algérie. En effet, elle  a été créée au lendemain de l’indépendance en 1963 en tant que Caisse d'Assurance et de Réassurance. Elle était chargée de la cession légale dans le but de permettre à l'Etat Algérien de contrôler le marché des assurances. Par la suite, les différentes phases de restructuration du marché algérien (monopole, fonctionnarisation du réseau, spécialisation, création de la Compagnie Centrale de Réassurance - C.C.R., création de la Compagnie Algérienne des Assurances - C.A.A.T.) ont déterminé les activités et les spécialités de la CAAR principalement dans la gestion des risques industriels.Depuis les réformes économiques introduites par les lois de 1988, la CAAR a été transformée en Société par actions dont le Ministère des Finances est l'unique actionnaire. Son capital social est de l'ordre de 4 Milliards de Dinars entièrement libéré. La  promulgation de la Loi n°06-04 du 20 février 2006, modifiant et complétant l’ordonnance n°95 – 07 relative aux assurances, vient conforter l’édifice législatif Algérien, avec une approche tendant à une prise  en charge plus professionnelle des activités d’assurances en y introduisant de nouveaux instruments de régulation, d’organisation et de contrôle, faisant ainsi, de la sauvegarde des intérêts des clients et donc d’une meilleure couverture de l’Économie nationale Algérienne, la pierre angulaire de l’ensemble.

Dans ce contexte, les dispositions de la nouvelle loi sur les assurances visent à assurer les conditions d’un marché favorisant une croissance réelle et une activité maîtrisée à travers les axes suivants :

  • La stimulation de l’activité par la diversification des produits d’assurance avec en particulier la promotion des assurances de personnes, mais également la diversification des modes de distribution des produits avec la possibilité donnée aux compagnies d’assurance de distribuer leurs produits par le biais du réseau bancaire.
  • Le renforcement de la sécurité financière et de la gouvernance des sociétés d’assurance, avec l’exigence aux acteurs d’une bonne solidité financière et d’un management de qualité, ainsi qu’à travers les mesures de sauvegarde des intérêts des assurés.
  •  La réorganisation de la supervision des assurances avec l’institution de la Commission de supervision des assurances chargée de contrôler l’activité d’assurance et de réassurance.
  • Au contrôle du marché des assurances par le biais de la cession légale
  • Au monopole de l'Etat sur les opérations d'assurances.
  • A la cession de son portefeuille des assurances transport à la CAAT en 1985

Depuis sa création, il y a plus de cinquante ans, la CAAR a eu à assumer de multiples missions qui se résument, entre autres :

Le passage à l'autonomie des entreprises publiques ainsi que l'ensemble des réformes économiques menées depuis n'ont pas manqué d'avoir des répercutions sur le secteur des assurances parmi lesquelles il y a lieu de citer notamment :

- La levée de la spécialisation, avec comme implication directe, une concurrence entre les différents opérateurs.

- Le désengagement de l'Etat sur la gestion des entreprises publiques avec tous les aspects liés à l'autonomie de l'entreprise.

- La libération de l'activité et les opportunités offertes au secteur privé d'exercer dans le secteur des assurances.

La CAAR conformément à l'agrément obtenu du Ministère des Finances, a été habilitée à pratiquer toutes les opérations d'assurance y compris la réassurance.En 2011, le secteur algérien des assurances connait une nouvelle phase de son développement avec la loi 06-04 qui avait donné un délai de cinq ans pour séparer les assurances de personnes des assurances dommages : c’est ainsi que  CAARAMA assurances voit le jour. Dotée d’un capital d’un milliard de dinars, la filiale a été agréée le 09 mars 2011. Aujourd’hui, et en dépit  de la concurrence et des aléas du marché, la CAAR a pu non seulement maintenir son statut de leader du risque industriel mais également augmenter sa part du marché, grâce à une répartition étudiée de son portefeuille : en effet, notre part de marché passe de 11% en 2004  pour atteindre  16% en 2012. La CAAR se situe, en termes de chiffre d'affaires à la deuxième place et à la première place en termes de résultats.

Notre Compagnie compte bien poursuivre sa politique de développement afin de marquer d’un sceau d’or son apport dans l’évolution du secteur des assurances du pays ainsi que de son économie.