Pourquoi souscrire ?

Un matériel informatique est un investissement assez lourd, c’est pourquoi il doit être couvert contre des dommages imprévus. Aujourd’hui, et plus que jamais, un matériel informatique défaillant peut faire courir des risques à la fois inutiles et graves à votre entreprise. Cette assurance consiste à vous prémunir contre le risque de vous retrouver seul face aux dépenses nécessaires à la remise en œuvre de ce système.

Quels sont les risques couverts ?

Cette assurance couvre :

  • Les unités centrales.
  • Les mémoires, logiciels, instructions, données.
  • Les gros systèmes.
  • Les micro-ordinateurs.
  • Les ordinateurs fixes ou portables.

 

Elle couvre également :

  • Les dommages matériels imprévus, à la suite :
  • D’un maniement inadéquat, d’une négligence ou d’une malveillance d’un employé ou d’un tiers étranger à l’entreprise.
  • D’un vol, d’une attaque et de ses conséquences.
  • De défauts de construction, malfaçons et vices de matériaux.
  • De courts-circuits, de surtension, d’induction.
  • D’incendies, d’impact de la foudre et d’explosion quelle qu’en soit la nature ( y compris les dommages dus à l’extinction et au sauvetage).
  • De roussi, de cuisson, d’action de fumée et des suies.
  • De l’action des forces de la nature telle que tempêtes, inondations, grêle, glissements de terrain (excepté les séismes).
  • De l’action de l’eau et de l’humidité
  • Les frais supplémentaires résultant de la constitution du traitement de données quand le fonctionnement de l’installation assurée se trouve interrompu.

 

Cette assurance s’applique aux matériels assurés pendant qu’ils sont en activité ou au repos ; pendant les opérations de démontage, de déplacement sur les lieux assurés ; ou de remontage lors d’opérations d’entretien ou de révision.

A quelle hauteur serais-je remboursé ?

Cette police est un contrat étudié pour répondre au mieux à vos attentes. A titre d’exemple, en ce qui concerne les risques matériels, le montant des indemnisations est déterminé comme suit :

  • Lorsque le dommage est réparable, la CAAR paie les dépenses nécessaires pour remettre la machine endommagées en état de marche.
  • Lorsque la machine assurée est complètement détruite, la CAAR vous paie la valeur vénale qu’avait la machine avant la survenue du dommage (moins le coût du matériel récupérable).